Aujourd’hui commencent les journées mondiales sans téléphone 2018 pour trois jours de sérénité !

Sérénité ? A condition de bien notifier sur son répondeur qu’on ne répondra pas au téléphone pendant ces trois jours et d’anticiper un peu. En effet, plus question d’être en retard car vous ne pouvez plus prévenir, plus question de chercher l’adresse de votre fournisseur au dernier moment, plus question de compter sur votre GPS pour vous y emmener, plus question de faire une pause dans votre analyse marketing de la journée en allant faire un tour sur vos sms…

Mais au-delà de ces petits désagréments, s’ouvrent à vous une véritable porte de sérénité. Le droit de vous concentrer à fond sur un sujet, de faire jusqu’au bout un dossier qui tarde depuis longtemps, de vous plonger dans un livre ardu, de faire ce mail si sensible que vous reléguez régulièrement à des jours prochains.

Et pourquoi ne pas prévoir une réunion déconnectée ? Parce que vous avez des choses à dire aux personnes qui sont en face et parce qu’elles ont, finalement elles aussi, envie d’être écoutées, voilà une opportunité à saisir pour faire un test : juste une fois, pour voir les effets bénéfiques ou les complications… Qui sait, cette initiative pourrait donner envie à davantage de personnes de programmer des réunions déconnectées régulièrement. Pour être sûr d’avoir l’attention. Pour être sûr d’être efficace. Pour être sûr de ne pas être dérangé. En utilisant les journées mondiales sans portable, personne ne vous blamera de tester une proposition dans l’air du temps !

Si on vous rétorque que « travailler, c’est aussi téléphoner ! » voici plusieurs éléments de réponse :

  • Garder son téléphone sur soi donne le droit à toute personne absente de la réunion de nous déranger et de couper le fil de notre réflexion
  • Travailler, c’est réfléchir avant tout, seul ou ensemble
  • Répondre à un appel dès la première sonnerie ne fait pas de moi l’employé-e de l’année
  • Se tenir informé de ce qui se passe dans le monde est un travail à part entière
  • Il faut 62 secondes pour se reconcentrer sur un sujet après une distraction : 5 appels, 3 sms et 7 mails pendant une réunion d’une heure que vous avez vus grâce à votre téléphone, même si vous n’avez pas répondu, vous ont volé 15 min de votre attention, ce qui représente un quart du temps de la réunion
  • Voir un appel ou un mail d’une personne sensible alors que vous êtes en réunion tout aussi sensible vous apporte un grand stress : vous devez choisir entre d’une part sortir pour répondre et paraître alors irrespectueux, d’autre part rester à la réunion en vous posant mille questions sur les causes de l’appel ; vrai, dans les deux cas, vous ne suivez plus la réunion…

Saisissez donc l’occasion des journées sans portable pour faire un test dans votre quotidien professionnel !

Mais aussi personnel. D’après l’infographie présentée par l’écrivain français Phil Marso, à l’origine des journées mondiales sans portable, 41% des personnes possédant un smartphone le consultent au milieu de la nuit. Nombre d’études nous alertent sur les effets des écrans bleus sur la qualité du sommeil. Pour autant, l’alerte ne suffit pas et consulter ses sms reste le plus fort. Alors, pour une fois, tenter trois jours d’affilée sans portable, afin de voir si vraiment cela a un impact sur votre sommeil, pourquoi pas ?